Le quai de Ouistreham


Il est des livres sur lesquels on porte un regard curieux. Les témoignages de journalistes jouant les Wallraff de pacotille ne m’intéressent pas. Mais le cas, Aubenas, chahutée par les médias avait aiguisé mon intérêt. Naïve enquête ou travail sérieux. Pour savoir, il fallait le lire.

Le malaise que j’ai éprouvé le lendemain matin en croisant la femme de ménage qui faisait les chambres de l’hôtel dans lequel j’avais dormi, m’a apporté la réponse. Depuis, je salue toujours ses hommes et femmes transparents.

Le travail est rare. Les nuits sont courtes, les corps fatigués, courbaturés, les esprits effrayés. Chacun lutte pour sa survie. L’exploitation est maximale mais la solidarité active.
Quand elle, s’installe dans une chambre à Caen et s’inscrit au Pôle Emploi en gardant son prénom et son nom, Florence Aubenas, devient femme de ménage. Elle couvrira les cabines des ferrys à Ouistreham, pendant 6 mois…
Comment vit-on chez les autres ? Celles et ceux que l’on ne voit pas, qui s’effacent. Ce quart monde qui tente de survivre en France avec un revenu inférieur au Smic – voire pas de revenu du tout.

Florence Aubenas reporter respectée, médiatisée après sa période de captivité en Irak, signe une transcription saisissante sur la crise et le travail précaire. Ce n’est plus du roman, mais un témoignage digne et poignant.

L’Olivier

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. damien dit :

    Tout le cynisme de ce roman (au demeurant bien construit mais fortement caricaturale, j'irai jusqu’à dire bassement un postiche de « mon curé chez les nudistes » ) est que beaucoup de ceux ayant lu ce bouquin ont cette même phrase (vu sur net ou par connaissances lecteurs) :
    « Depuis, je salue toujours ses hommes et femmes transparents. » ou une phrase approchant commençant par ce fameux « depuis » .
    Les sans grades, les non instruits, les servants dont mon père faisait partie, comme mon frère et moi même (ouf j'aime lire !) auraient aimé c'est sur une …reconnaissance… avant ce « depuis »

    J'aime

  2. yprovost dit :

    Sans aucun doute Damien. Mais vaut mieux tard que jamais… Revenir les pieds sur terre est de temps à autre salutaire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s