Transparences

Le retour de la baffe.
Ayerdhal était un écrivain français contemporain atypique. 
 Ok, son côté anar peut dérouter. Mais il a une franche prédisposition à devenir passionnant. D’abord tourné vers la science-fiction, il entre en un coup d’éclat dans l’univers du thriller.
Transparences n’était qu’un polar de plus acheté à la volée entre 2 voyages. Les heures de train entre un Paris / Lausanne ont été trop courtes. Une baffe magistrale pour un livre qui brûle et se lit d’une traite.

Si AnnX est une jeune femme qui fait l’objet de toute l’attention de Stephen Bellanger, profiler à Interpol, c’est parce que depuis l’âge de 12 ans où elle a mit à mort ses parents qui abusaient d’elle, elle trace sa vie de le sang ne réagissant qu’aux atteintes à sa liberté  et fendant à coup de sabre ceux qui tenteraient toute agression. Sa discrétion le déroute, son aura le séduit.
Si AnnX fait l’objet de toutes les convoitises des agences gouvernementales, c’est certainement parce qu’elle est une serial killeuse précise, efficace et insaisissable. Même les caméras n’ont d’elle qu’une image floue…

Prévoyez une journée ou une nuit, car une fois ouvert, AnnX est de celles que l’on poursuit jusqu’à la fin, comme Bellanger.
Un thriller époustouflant aux accents psychologiques dans un style épuré, efficace.
Pour les fans, Résurgences est incontournable.

Le Diable Vauvert / existe en format poche
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s