REVES DE GLOIRE

On a dit beaucoup de bien de cette uchronie post soixante-huitarde.
DeGaulle est mort au petit Clamart. Alger est le croisement culturel des années soixante où vient se réfugier une jeunesse poussée contre son gré dans le conflit algérien.
Elle rêve de liberté dans un mouvement vautrien (un méléange de contre-culture américaine et de mai 68, un Woodstock à Biarritz) et à travers la Gloire (lsd). La musique bat la cadence. France et Algérie se déchire.
On suit cette histoire revisitée avec un collectionneur à la recherche d’un 45 tours aussi mythique que dangereux des Glorieux Fellagahs. Ce grall est un prétexte pour parler de quelques-uns de nos tabous français, cela mèle contre-culture, musique et revendications politiques.
Il semble que ce roman soit vif, épais, riche et jubilatoire. A mon sens comme tout bon disque ça tourne pas mal en rond et on pourrait presque s’endormir. Bref, ou je suis passé à côté, ou ce qui est un pavé de 700 pages aurait pu être allégé. Dommage, le sujet était sympa.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s