SAVAGES

critique un poil vieille
On ne présente plus Don Winslow.
Savages est une pépite. Un ovni de brio dans un univers littéraire terne et aseptisé.
Partant d’un polar classique il met en scène Ben, docteur en botanique et en marketing, Chon, mercenaire féru d’armes et Ophelia (dite O) bimbo intelligente, (bref un modèle à la Jules & Jim un poil trash) qui cultivent leur cannabis hors-sol. Leur petite affaire tourne si bien qu’elle intéresse la reine du Cartel de Baja… et là…. Ça part…
Don Winslow point ici un truc incroyable. C’est déstructuré à souhait, ça parle en sms, ça sent le rap, les burritos, la violence et la fumette.
La traduction a été faite remarquablement, elle maintient le rythme.
Savages est un gros coup de pied au cul au genre qui grâce à cela ne devrait pas se rendormir de s’y tôt.
Bonne nouvelle, Oliver Stone devrait mettre cela en scène pour 2012.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s