DUST

Depuis deux ans, des croix de sang, grandes comme un humain, creusées dans le sol, sont régulièrement trouvées au Kenya. Assez de fluides répandus pour tuer, pourtant pas de corps. Hanah Baxter est une profileuse hors pair. New-yorkaise d’adoption, lesbienne, bouddhiste et cocaïnomane, elle vient prêter main forte au chef Collins du Département d’investigation criminel de Nairobi dans cette enquête où les faits s’accumulent et où aucune piste n’est définie. Hanah, Collins et son équipe sont à la recherche d’un tueur en série très particulier.

Une femme albinos est décapitée à la machette en pleine rue. Le tueur a emporté la tête, un bras aussi. Elle a été massacrée, comme beaucoup de ses semblables, parce que ses organes et son corps valent une vraie fortune sur le marché des talismans.

Magie occulte, sacrifices d’humains, guérisseurs. Moite, chaud et gore, Dust mélange 2 enquêtes simultanées dans un thriller africain. Et si cette histoire de tueur en série cachait une affaire bien plus machiavélique? Et si ce massacre d’africains albinos dissimulait une œuvre plus sordide que le trafic humain ?

Dust est le 1er livre de Sonja Delzongle qui me passe sous les yeux. 2 enquêtes, l’Afrique, des albinos. Le menu s’avérait alléchant. Mais…

Certes, ce roman sent l’Afrique, sa violence, sa souffrance, sa pauvreté. Le suspense est là, ponctué par des passages obscurs et violents. La construction est propre. On passe d’un personnage à l’autre sans se perdre. Mais je dois avouer qu’au-delà des descriptions de quelques scènes à la mesure de l’horreur, la limite caricaturale de certains personnages m’a laissé sur ma faim.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s