LA PRUNELLE DE SES YEUX

La Prunelle de Ses Yeux, un thriller psychologique passionnant, alternant entre trois narrateurs et deux époques.

2003

  • Victor, 17 ans vit sous le poids d’un secret qui l’étouffe tant qu’il en haït son père,
  • Gabriel, son père a tout perdu une nuit de novembre 2003, son fils, et la vue,
  • Maya, une jeune soumise et battue par son petit copain, Tancrède Sinclair pervers narcissique et cruel.

Victor, Maya, Tancrède, tous 3 sont dans une école élitiste, Métis.

13 ans plus tard, Gabriel, essaye de comprendre ce qui s’est passé. Il se rapproche de la belle et énigmatique Maya, qui noie son passé dans l’alcool pour l’entrainer dans un tour de France vengeur. Tous deux se font face. Ils font face à leur passé commun, mais aussi à leurs  sentiments naissant.

Ingrid Desjours signe un roman véritablement abouti. Avec dextérité, elle l’ancre dans la réalité quand il est question d’élitisme et des grandes écoles, d’intolérance et de pouvoir politique. Non sans un certain brio, elle essaime d’autres thèmes, les relations père-fils, l’homosexualité, le bizutage, la soumission à travers l’expérience de Milgram, la résignation acquise via l’expérience d’Overmier & Seligman, Seligman & Maier. Et bien entendu elle offre au lecteur une occasion de croiser une pathologie peu connue qu’est la cécité de conversion.

Mais cela dit, je donne l’impression d’un fourre-tout. Il n’en est rien. Bien au contraire. Ce roman noir, est d’une rare fluidité.  Le lecteur navigue dans un va et vient incessant entre 2003 et 2016.  Deux époques mais aussi, un double suspense. La narration amène une analyse fine et intelligente des situations. Elle construit l’intrigue dans un rythme parfait. Tout devient passionnant. Il y a le meilleur de l’homme et le pire, l’amour et la haine. Le lecteur est au début de chacune des parties de ce roman, éclairé par de courts textes relatant des expériences menées dans les années 60. Ces liens qui n’ont rien d’innocent. Ils renforcent ce que vivent les personnages principaux. Justement, parlons de ces personnages. Ils sont forts et torturés. Leurs sentiments sont justes. Gabriel, son deuil et sa culpabilité, Maya et ses dépendances, à l’alcool et à Tancrède Sinclair, l’archétype du facho détestable. Et Victor, personnage central, forgé dans ses doutes et ses envies, si présent et décédé.

L’intrigue est délicate et brutale. Chacun manipule l’autre dans un voyage où tous se verront dépouillés de leurs artifices, de leurs mensonges et leurs non-dits. Dans cette recherche de la vérité où les traumas doivent être mis à nu, Ingrid Desjours joue sur les certitudes et les doutes. Chercher la vérité peut-être un révélateur de ce que nous sommes. Voir cette vérité en face, y faire face, c’est aussi affronter son propre regard sur soi.

La Prunelle de Ses Yeux, est subtil, violent, mais que c’est bon d’y poser son regard !

ISBN : 2221145968
Éditeur : Robert Laffont

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s