ROUGE ARME

Sudètes, mur de Berlin, rideau de fer, Fraction Armée Rouge, réunification, à travers 3 femmes, Anna, Patricia, Inge, sous couvert de roman noir, entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest, Maxime Gillio retrace une histoire allemande.

3 époques, Prestanov, Tchécoslovaquie, 1943, Heidenau, Basse Saxe, 2006, et Berlin, 2006. Chaque époque est trouble et dangereuse. Un fil conducteur, les portraits de 3 femmes, d’une rare puissance, émouvant et intense où chacune vit sa souffrance en tentant de trouver sa place, de survivre dans ce monde. Ce roman fait de flashbacks incessants, offre un éclairage particulier sur ces 50 ans de l’Histoire Allemande.

Patricia, journaliste au Speigel, a choisi d’écrire son prochain article sur les personnes originaires de l’Est qui ont franchis le mur de Berlin. Ce qu’elle connait d’Inge Oelze semble être tout droit sorti des archives de la Stasi. Mais Patricia est un personnage plus trouble. Alcoolique, enclin à l’auto-destruction, quarantenaire sans enfant, elle porte en elle un mal plus profond. Pour saisir Inge, parvenue des années plus tôt à passer de l’autre côté du mur, il faut remonter à Anna, Sudète, rejetée par la Tchécoslovaquie et non reconnue par les allemands. C’est l’histoire qu’officiellement vient saisir Patricia Sammer.

Patricia, Inge, tout les oppose. Inge n’est pas spécialement disposée à aider cette journaliste, mais elle va finir par lui raconter son histoire en détail. Se livrant, une étrange relation prend forme. Faite d’abord de suspicion, elle se transforme en une sorte de respect mutuel, presque de l’amitié.

Mais revenons à Anna qui elle est à la source de cette histoire. Nazie pour les tchèques, pas une véritable allemande pour les autres, elle est expulsée de son pays seule avec ses enfants. Ils en subiront les effets. On prend en pleine face une page que l’histoire a gommé. La condition de Sudète en pleine seconde guerre mondiale et son cauchemar. A travers Inge, c’est le Berlin des années 60 que nous traversons, les années de plomb, la séparation de l’Est et de l’Ouest, la suspicion, une volonté de liberté. Mais c’est aussi une période où la Fraction Armée Rouge commettait de nombreux attentats en Allemagne.

Rouge Armé, est un roman intense, rempli de sensibilité, de tristesse. On se prend à s’indigner. L’atmosphère y est souvent lourde, le sort réservé aux Allemands expatriés à l’Est vers des camps où la survie n’ayant rien à envier à ceux des nazis, fait qu’Anna génère une empathie naturelle du lecteur. Le personnage d’Inge me semble plus profond, fait de tiroirs, de non-dits et d’espérance dans une époque pas si lointaine tout comme celui de Patricia fait de fêlures, d’un combat contre ses propres démons. Maxime Gillio mixe avec talent, fiction et faits pour forger des femmes courageuses qui affrontent comme elles peuvent la noirceur d’un monde qu’elles affrontent. C’est sans concession, ni jugement qu’il nous mène à une fin particulière, dans un style extrêmement fluide, ce roman se lisant d’une traite

ISBN : 2081378523
Éditeur : Ombres Noire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s