BREAKING NEWS – Schätzing

Après Abysses, roman exceptionnel où l’humanité doit aussi se battre contre elle-même pour survivre, Frank Schätzing pond à nouveau un incroyable pavé. Une nuit n’y suffira pas. Prenez des biscuits, du café car cela va durer…Breaking news n’est pas un roman simple. En mixant deux histoires, celle de Tom Hagen, grand reporter en quête d’une gloire disparue et celle de la famille Kahn qui à elle seule reprend celle de la communauté juive au Proche Orient, depuis 1929, Schätzing sur de solides bases de géo-politique et d’Histoire avec un grand H, nous pose un siècle d’activité dans cette région.

Un Thriller, oui. Palpitant ? Pour tout dire … pas vraiment. Il m’a fallu presque trois cents pages pour plonger dans ce roman. Breaking News demande au lecteur une grande concentration. Certainement trop grande pour le commun des lecteurs qui serait attiré par une promesse de thriller. Car la plus grande partie du roman, au moins sa première moitié repose quasi exclusivement sur l’histoire d’Israël. C’est digne d’intérêt, c’est un vrai cours d’histoire qui éclaire le lecteur, mais le rythme s’essouffle vite.

Ce roman est assommé par de nombreuses scènes qui trainent en une longueur insupportable. Le style parfois pénible, bien que relevé d’ironie, d’effets de style où l’auteur échange avec le lecteur, a du mal à établir une narration fluide et dynamique. L’anti-chronologie mise en œuvre par Schätzing est curieuse. Elle aurait pu engendrer une dynamique. Mais elle ne parvient pas à donner un rythme suffisant  pour captiver le lecteur. Côté personnages, je dois avouer avoir manqué d’accroche. Nombreux sont ceux qui sont dignes d’intérêts, pourtant aucune proximité n’est née durant ma lecture. J’ai pourtant un poil d’empathie.

C’est dommage. Car malgré tout, ce roman est riche, foutrement documenté, intelligent. Sans doute trop. Il nous amène à poser un autre regard sur les protagonistes, la politique et les effets de bord des décisions prises par les politiciens et les militaires, tout au long de ces cent dernières années dans cette partie du monde. Finalement une fois oublié l’attrait pour le thriller, il reste une vision romanesque qui habille de l’Histoire du Moyen-Orient, une excellente révision géo-politique. Et c’est déjà pas mal.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s